L'outil Des récits et des vies© a été testé pendant plusieurs mois au sein de structures et utilisé par des professionnels.

Un grand merci à tous les professionnels qui ont accepté d'intégrer cet outil à leur travail et merci à tous les publics qui ont participé !

temoins

  • video_libraryVidéo : Karen Planes, animatrice en Ehpad à Castres (81)
  • video_libraryVidéo : Mélissa Vidal, psychologue à l'USP du CHIC de Castres Mazamet (81)
Anne-Elisabeth Ingold, Infirmière
CSAPA La Trame, Tourcoing (59)

L'équipe mobile addictologie-précarité utilise " Des récits et des vies " dans le cadre d'actions collectives auprès de personnes en situation de précarité. Ces ateliers se font dans les salles communes de lieux d'hébergement (CHRS, pension de famille), sur la base du volontariat.

Ce support ne parle pas directement des addictions, mais les différentes suggestions peuvent amener à se questionner autour de ces problématiques. Aussi, il permet le renforcement des compétences psycho-sociales. Le jeu est facile à prendre en main et adaptable à de nombreux publics.

Nous l'utilisons fréquemment et il est très apprécié du public.

Marion Raison, Coordinatrice chargée de prévention précarité
Addictions France Lille

Dans le cadre de mes missions de prévention, j’accompagne les professionnels issus, essentiellement, des milieux de la précarité afin qu’ils puissent monter en compétences. Je m’adresse à des éducateurs, infirmiers, chefs de service, psychologues, assistantes sociales, animateurs, etc. Je leur présente notamment des outils, tels les jeux Des Récits et des Vies©, afin qu’ils puissent ensuite les mettre en place auprès de leurs publics.

Les retours sont positifs car ils apprécient la facilité de prise en main, les thématiques abordées et la possibilité pour chacun de pouvoir répondre aux libellés et s’exprimer.

Cécile Tirot, infirmière, service addictologie
CHU de Clermont-Ferrand (63)

J'utilise le jeu en hôpital de jour, avec des groupes de 3 à 6 personnes, une fois par semaine, durant 3 mois.

Objectifs

à travers les discussions amenées par le jeu :

- Libérer la parole
- Travailler les habiletés sociales
- Se remémorer des souvenirs positifs
- Développer l’estime de soi
- Créer du lien

Nous jouons toujours en binôme avec une infirmière, une psychologue ou une ergothérapeute et nous jouons avec les patients en répondant aux cartes.

Un des points positifs est la possibilité pour le patient, s’il ne souhaite pas répondre, parfois, sur un sujet très personnel, de pouvoir répondre de façon générale. Personne n’est mis en difficulté, tout le monde peut répondre et ceci explique que les participants ne manifestent pas de réticence pour jouer.

Nous sommes très satisfaites de cet outil, il est très apprécié par les patients et leurs retours sont très positifs.

Educatrice IDEFHI, Institut Départemental de l'Enfance
de la Famille et du Handicap pour l'Insertion, Canteleu (76)

J’ai utilisé le jeu Récits et des Vies© en entretien familial ( enfants de 8 , 10 et leur mère) ainsi qu’auprès d’un groupe d’adolescents dans le cadre d’un espace de parole sur la vie affective, relationnelle et sexuelle ( VARS).

La règle de jeu est très simple, il est accessible à tous. Il se met rapidement en place et la possibilité de sélectionner en amont les cartes permet d’aborder graduellement les ressentis/projets/émotions des joueurs en toute sécurité.

Les sujets proposés sont larges et complets, ils sont propices aux échanges entre participants. C’est un support très intéressant pour les visites médiatisées ( VPT) qui permet d’aborder la parentalité, son exercice, les valeurs familiales, l’histoire de vie ….et facilite les échanges lorsque ceux-ci sont « empêchés ».

Ce jeu est un incontournable dans la «boîte à outils » pour favoriser une relation éducative bénéfique.

Floriane Ensuque, ergothérapeute
SAMSAH* TC CL 13, Aix-en-Provence (13)
*Services d'accompagnement médico-social pour adultes handicapés

Nous utilisons le jeu Récits et des Vies© sur deux relais du SAMSAH depuis le printemps 2023 avec l’une de mes collègues neuropsychologues. Nous l’avons découvert grâce au Codeps 13 qui nous l’a prêté dans un premier temps, avant de passer à l’achat.

Cet outil est très apprécié par les personnes que nous accompagnons (adultes cérébro-lésés). Nous l’utilisons essentiellement pour fédérer les groupes. Nous l’avons utilisé lors des premières séances de notre groupe habiletés sociales par exemple afin de permettre aux participants de pouvoir se présenter de façon ludique et détournée du handicap. Ainsi ils ont pu améliorer leur connaissance d’eux même et leur communication sur eux-mêmes au reste du groupe. Cela nous permet également de travailler le tour de parole, la confiance en soi, ou encore la perception positive de soi…

Compte tenu de ces retours positifs, mes collègues de Marseille ont souhaité investir dans un second exemplaire pour animer d’autres groupes.

Aurélie Larricq
Conseillère Mission locale de Blois (41)

Nous avons été plusieurs collègues de la mission locale du Blaisois à avoir été formés, 1 journée, à l’outil des récits et des vies.

Nous utilisons ce jeu pour favoriser l’expression de chacun, le partage et l’inclusion dans un groupe.

Pour ma part, j’utilise ce jeu dans le cadre d’un atelier « prise de parole en public » comme première étape permettant aux jeunes d’exprimer leur point de vue personnel, révéler et partager leurs idées ; comme moyen d’oser se dire devant les autres.

A chaque fois, c’est un moment apprécié des jeunes qui trouvent là le moyen de dépasser leur timidité, peu à peu, et de s’inclure dans un groupe. Cet enthousiasme démontre une réelle envie de se dire, de se raconter, malgré les peurs. Les thèmes, suffisamment vastes, font qu’il est possible pour une personne de maîtriser le niveau d’intimité de ce qu’elle veut partager aux autres. La personne se sent ainsi en sécurité suffisante pour participer à sa mesure.

Prendre la parole face aux autres, se libérer de la peur du jugement mais aussi être en mesure d’écouter et ne pas juger le point de vue de l’autre sont autant de qualités relationnelles que les jeunes que nous accompagnons doivent développer. Ce jeu est un des outils pour le faire.

Virginie Bérard, Cadre de santé prévention Addictions France 73
Chargée de projet départemental

Dans le cadre de la prévention aux addictions, j'utilise le jeu très régulièrement avec des jeunes adultes pour libérer la parole, développer et renforcer les compétences psycho-sociales.

Le jeu est bien adapté pour les jeunes que nous accueillons et qui ne s’expriment pas facilement car il est simple d’utilisation et facile d’accès. Les jeunes ne sont pas mis en difficulté et réussissent à parler d’eux-mêmes.

J'utilise le jeu une à deux fois avec le même groupe, puis libre aux personnes de s’en ressaisir si elles le souhaitent.

Je présente régulièrement le jeu aux autres professionnels référents et à leurs partenaires afin de leur faire découvrir cet outil.

Je recommande totalement ce jeu.

Karine Coyo, infirmière
Pôle Hospitalo-Universitaire Psychiatrie Paris 15 GHU - Centre Hospitalier Ste Anne

Nous utilisons le jeu " Des Récits et des Vies© "à l'HDJ (Hôpital de jour). Nous animons des groupes avec des patients atteints majoritairement de troubles schizophréniques. Ce jeu permet de travailler sur les émotions et les cognitions sociales.

Il permet d’ouvrir la discussion sur différents sujets. Ainsi, les participants apprennent à mieux connaitre et découvrir les autres par le biais des échanges. Cet outil aide à développer l’écoute des opinions, la capacité à donner son avis, à prendre la parole et à échanger en groupe. De plus, selon les libellés des cartes, le jeu apprend à ajuster son discours pour ne pas délivrer des choses trop intimes, il aide donc à réfléchir à sa réponse.

Nous intervenons si besoin pour que les personnes trouvent comment répondre à des sujets personnels sans trop se livrer. Il s’agit de choisir ce que l'on décide de dire et d’adapter sa communication aux différents sujets. Nous travaillons ainsi sur les habiletés sociales. Cet exercice réclame de la concentration et c’est un bon support pour les personnes qui ont ce type de difficulté.

Nous laissons le temps aux patients de réfléchir, de trouver les mots et nous passons la carte à un participant volontaire. Nous essayons de faire en sorte que chacun s’exprime, mais il arrive que certains préfèrent utiliser un" joker "sur une carte. Les patients s’appuient aussi sur les propos des autres qui font parfois écho à leur ressenti ou à leur histoire. Nous n’utilisons pas les cartes parentalité car nos patients sont très peu concernés.

Les couleurs attrayantes du jeu attirent les patients qui pour la plupart l'apprécient. Certains peuvent même demander à y jouer. Nous y avons régulièrement joué, une fois par semaine. Nous avons introduit aussi d’autres outils autour des émotions, nous jouons actuellement de façon plus espacée mais nous savons que nous avons ce support à disposition.

Jean-Pierre Bellon, Centre ReSIS, formateur, a introduit en France la Méthode de la Préoccupation Partagée (MPPFR) qui lutte contre le harcèlement scolairee

"Félicitations, c'est très intéressant !"


Sabrina Muller, psychologue
CSAPA* Baudelaire, Thionville (57)
* CSAPA : Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie

J'utilise l'outil Des Récits et des Vies© en groupes de paroles et en entretiens individuels.

En groupes de paroles, le jeu permet d'ouvrir des perspectives et d'aborder des sujets qui ne seraient pas évoqués sans ce médiateur. Par ailleurs, le jeu suscite l'intérêt des uns envers les autres et ce faisant développe l'écoute et la relation aux autres.

En individuel, le jeu permet aux personnes en difficulté de s’exprimer et d’aborder certaines thématiques grâce aux cartes.

J'observe que le jeu dénoue et facilite la parole.

Un des intérêts du jeu est d'aller vers des thématiques auxquelles les professionnels ne pensent pas et vers lesquelles ils n’iraient pas spontanément. Cette démarche permet d’avancer de manière différente.

C'est un outil intéressant que je recommande.


Marie Gallardo
Administratrice des PEP Loire Dômes Allier et animatrice de l'atelier Français

J'anime un atelier Français à l'ESAT PEPITH des PEP Loire Dômes Allier (Les PEP LDA). Les participants à cet atelier (des adultes entre 30 et 50 ans) ont des compétences langagières hétérogènes et nous avons constitué deux groupes en fonction des besoins de chacun.e : apprendre à lire, conforter ses compétences de lecteur ou de lectrice, écrire (calligraphie, copie) mais aussi s'exprimer à l'écrit et communiquer à l'oral.

C'est dans le cadre de ce dernier point que j'utilise le jeu en fin de certaines séances. Cela permet à chacun.e de communiquer sur ses ressentis ou vécus en fonction des couleurs et des propositions sur les cartes. Je fais donc un choix des cartes en amont en fonction des sujets que je souhaite voir abordés et nous jouons avec la contrainte annoncée.

Cela permet de ne pas placer les participants dans une situation où l'affect serait trop important et bloquerait toute communication orale.

Mon objectif est que chacun.e puisse s'exprimer et élaborer du discours compréhensible pour lui.elle et pour les autres. C'est aussi un moment de partage sur des règles à respecter tant dans l'écoute bienveillante que dans le respect du temps d'élaboration de pensée.

Cela permet aussi d'aller interroger pour chacun.e des sujets sur lesquels ils.elles sont rarement interpellé.e.s (souvenirs d'enfance, projection dans le futur, émotions ressenties, etc.).

J'ai constaté au fil des séances une meilleure écoute et des réponses de plus en plus pertinentes par rapport au sujet abordé avec un plaisir manifeste à partager avec les autres.


Sophie Vandennieuwenbroeck, Coordinatrice
Hôpital de jour l'Escalette - Convivi'Ath, Leuze-en-Hainaut (Belgique)
Unité Educative en Milieu Ouvert - Justice

Dans le cadre de l'hôpital de jour psychiatrique pour adultes, nous étions à la recherche de médias nous permettant de travailler certaines thématiques.

Le Centre Local de Promotion de la Santé nous a fait découvrir le jeu "des récits et des vies".

Cet outil nous permet de travailler en petits groupes les expériences de vie, la parentalité, les valeurs, l'imaginaire de manière très ludique.

Il favorise l'expression et le dévoilement de soi dans un cadre bienveillant.

Une belle découverte et un outil qui se révèle précieux au quotidien.

Merci !


Hélène Babin, psychologue
UEMO, Bourges (18)
Unité Educative en Milieu Ouvert - Justice

Je continue d'utiliser l'outil Des Récits et des Vies© en entretien individuel avec les jeunes. Pour ma part il est un bon média face à des difficultés à verbaliser ou lorsque je perçois un enjeu trop important dans l’entretien qui parasite la rencontre. Selon les situations, le jeu prend une fonction de porte d’entrée dans la relation ne l’utilisant qu’une fois avec le jeune. Dans d’autres situations, je ne peux avoir accès au jeune qu’à travers le jeu.

J’ai essayé la version sur la parentalité auprès d’un couple parental. J’ai été accompagnée d’un collègue éducateur. Je ne suis pas encore tout à fait à l’aise dans l’utilisation en groupe et avec ces cartes mais ça nous a permis de recueillir des éléments d’observations, notamment dans la communication non verbale au sein de ce couple parental, de ce qui ne peut se dire.


Frédérique Granier, formatrice
IFAS*, IFMS de Castres-Mazamet (81)
*Institut de Formation d'Aides-Soignants

Votre intervention a beaucoup plu à nos élèves aides-soignants.

Votre jeu « Des récits et des vies » est un excellent support pour le développement du lien social que ce soit entre professionnels ou entre patients/résidents.

Il ouvre un questionnement auquel il est facile de se prêter.

Nos élèves ont beaucoup apprécié et suggèrent le renouvellement de votre intervention auprès des futurs élèves aides-soignants.

Nous serons ravies de vous accueillir à nouveau et de faire vivre votre Jeu.


Adrien Sallan
Directeur de France Victimes Tarn (81)

"Des récits et des vies" est un véritable support favorisant la libération de la parole particulièrement sur un public meurtri ayant souvent perdu la capacité de percevoir ses émotions.

Chaque professionnel est à même de se saisir de cet outil afin de fournir un accompagnement supplémentaire et individualisé. Ces outils sont utilisés par la psychologue et les juristes auprès des adultes et des enfants.


Marie Peralta, Psychologue clinicienne
Association Addictions France, Evry (91)

Le jeu a été utilisé dans le cadre d’un groupe de paroles à destination des patients reçus dans notre CSAPA (Centre de soin, d’accompagnement et de prévention en addictologie).

Nous l’avons expérimenté dans l’objectif de favoriser la circulation de la parole et de permettre à chacun de mettre en jeu des aspects divers de sa personnalité, de son histoire, de son vécu. Les objectifs ont été atteints, puisque les personnes ont participé très activement, livrant et/ou questionnant avec les autres leurs expériences de manière insolite. Le jeu a par ailleurs beaucoup plu et plusieurs patients l’ont photographié, certains semble-t-il acheté, pour un usage familial ou amical.

Ils en reparlent régulièrement et nous l’utiliserons ainsi à nouveau au prochain groupe.


CMP - Hôpital de jour, Fondation Bon Sauveur d'Alby, Réalmont (81)

Monsieur Pezet, infirmier

J'utilise le jeu au CATTP, Centre d'accueil thérapeutique à temps partiel, en « points rencontres ». Il s’agit d’un temps où les patients viennent d’eux-mêmes sur une durée de 1h30 boire un café, bavarder, faire des jeux de société, etc. Nous avons été très surpris car certains ne veulent jamais faire de jeux et quand on a décidé de leur montrer le jeu, sans les engager, ils ont beaucoup apprécié et ont redemandé à jouer les fois suivantes. Ce sont des personnes psychotiques avec qui les échanges sont assez pauvres, or elles ont réussi, à travers le jeu, à s’exprimer.


Magali Cogne, infirmière

J’utilise le jeu depuis plus d’un an à l’hôpital de jour. C’est un très bon outil pour rentrer en communication avec les patients et pour qu’ils réussissent à se parler entre eux. Les libellés sont larges et personne ne sent agressé par une question.

Le jeu est à la fois ludique et thérapeutique, ce qui facilite son utilisation. Nous apprécions aussi sa souplesse d’utilisation car il n’y a ni début ni fin et on peut jouer le temps qui nous convient.

Je le propose à des patients qui vivent un fort isolement social et à d’autres qui souffrent de pathologies lourdes telles que la schizophrénie. Nos groupes réunissent entre 3 et 6 personnes.

Je joue avec eux, ce qui fluidifie les échanges et la relation soignant-soigné.

Mes objectifs avec les patients sont de proposer un temps d’échanges, d’apprendre à s’écouter, d’être capable de se centrer sur un sujet précis, et de pouvoir, à l’issue de ces rencontres, reprendre des choses personnelles au cours d’entretiens thérapeutiques individuels.

Le jeu permet de découvrir les parcours de vie des patients et de mieux les accompagner sur un projet individualisé.

L’assistante sociale a aussi adopté le jeu et s’en sert pour animer des rencontres en hôpital de jour.

C'est un outil très intéressant pout toute l'équipe.


Sylvain Chevron, psychomotricien
CH de Murat (15)

J'utilise le jeu avec ma collègue ASG (Assistant de soins en gérontologie) qui accompagne les résidents, dans le cadre d'un PASA (Pôle d'activités et de soins adaptés qui accueille des personnes ayant des troubles du comportement en lien avec une maladie neuro-dégénérative).

Nous utilisons le jeu en fin de matinée, avant le repas, sur une durée de 15-30 minutes.

Nous trions les cartes au préalable car nous privilégions le jeu pour offrir un moment de bien-être aux personnes. Ma collègue connaît bien les résidents, elle écarte donc les libellés qui pourraient révéler des souffrances.

Les niveaux de réponse sont variables quand les questions sont très ouvertes mais nous recueillons de belles images poétiques avec l’imaginaire et des récits positifs sur leur vie. Nous notons parfois ces propos quand ils ont un écho dans le groupe pouvoir en reparler plus tard dans la journée ou les jours suivants.

Le jeu permet des moments intéressants d’échanges et l’écoute d’histoires de vie des personnes.

Le jeu est pour nous un outil de médiation, un support incitatif à la communication.

Notre objectif est que les personnes trouvent du plaisir à être ensemble et à se raconter.

C'est un outil que je recommande.


Laura Lemoine, infirmière
CSAPA Addictions France, Chaumont (52)

J'utilise le jeu Des Récits et des Vies© depuis un an dans un cadre d'ateliers thérapeutiques mensuels qui proposent différentes activités aux usagers.

Nous utilisons le jeu tous les 2 mois avec des groupes de 2 à 8 personnes. Je pose au préalable un cadre qui assure notamment de la confidentialité de la rencontre.

Les usagers apprécient ce jeu car il est ludique et permet facilement de libérer la parole et d'exprimer ses émotions. Ils ont eu quelques difficultés, au début, avec les cartes Imaginaire mais je constate qu'ils progressent et qu'ils réussissent maintenant à s'en emparer et à évoquer des choses.

Je ne recours pas aux cartes parentalité.

Le jeu permet d'évoquer un grand nombre de sujets accessibles à tous, ce qui en fait l'intérêt car le groupe réunit des usagers concernés par différents troubles addictifs.

Je recommande cet outil pour les professionnels de santé qui souhaitent développer la prise de paroles, le partage et l'écoute au sein d'un groupe d'usagers.


Joëlle Pineau, Les Blouses Roses
Présidente du comité Périgueux-Bergerac (24)

Nous utilisons les jeux dans le service pédiatrie de l'hôpital ainsi qu'en EHPAD où ce jeu a été très bien accueilli par les enfants et adolescents et fonctionne bien avec des patients dans la même tranche d'âge.

Nos interventions s'accompagnent d'une animation choisie par les résidents ou patients et donc la périodicité d'utilisation du jeu est aléatoire.

Concernant les personnes âgées, il est d'un grand soutien pour faire vivre et raconter les résidents qui partagent avec d'autres leur récit. Nous adaptons évidemment les questions et en mettons de côté si nécessaire et le déroulement du jeu selon les joueurs.

C'est un jeu que nous trouvons intéressant et je vous remercie encore pour votre création.


Corinne Colmel, directrice de l'association
Enfance Adolescence & Diabète, CH Purpan, Toulouse

Nous avons utilisé Des Récits et des Vies© lors d’un stage « en route vers la vie d’adulte avec le diabète » dont l’objectif est de préparer la transition entre les services de diabétologie pédiatrique et adulte.

Nous avons beaucoup mis l’accent sur les compétences psychosociales. L’outil a vraiment bien fonctionné, il a permis aux ado de s’exprimer avec plus de facilité sur des sujets qui peuvent être difficiles tels que l’estime de soi, la possibilité de faire des projets, la confiance en soi, …. La séance s’est passée avec beaucoup de fluidité. Les adolescents ont vite compris et ont participé avec beaucoup d’enthousiasme.

Nous avons utilisé l’outil aussi avec des grands-parents pour leur permettre d’exprimer leur vécu et leurs craintes par rapport au diabète de leur petit enfant.

Nous allons continuer à utiliser Des Récits et des Vies© dans nos différentes activités.


Virginie, animatrice
GEM* Petit Plus Espoir 17
*GEM : Groupe d'Entraide Mutuelle

Le jeu permet aux personnes de se découvrir et de faire connaissance.

C'est un moment de plaisir de pouvoir échanger avec un support ludique.

Ce jeu sans gagnant ni perdant et sans compétition est apprécié de tous.

Les adhérents répondent aux cartes de façon sincère et se laissent porter par l'imaginaire.

Nous avons mentionné ce jeu dans notre dossier auprès de l'ARS car il fait partie de notre ludothèque et nous l'utilisons régulièrement.


Florence Gardes, art thérapeute théâtre et écriture au SSRA* et au CSAPA** du réseau du Dr Haas
Boulogne-Billancourt (92)
* Soins de Suite et de Réadaptation en Addictologie
** Centre de Soin, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie

J'utilise le jeu au CSAPA et au SSRA où c'est surtout l'assistante sociale qui s'en sert pour animer des ateliers de groupe.

Je l'utilise en individuel et en groupes ouverts avec 4 à 6 participants. Au SSRA, il leur est arrivé de jouer avec 10 personnes et ça s'est bien passé.

Le jeu n'est jamais répétitif même si on y rejoue avec les mêmes personnes.

Les propos sont souvent émouvants. Les patients apprécient les différentes thématiques et les sujets variés et de pouvoir réfléchir sur soi, solliciter leur imaginaire, évoquer des souvenirs et pouvoir libérer leur parole, ainsi qu'a pu le constater une psychologue.

Pour ma part, j'ajouterai que j'ai toujours un grand plaisir à proposer ce jeu car ce sont des moments de partage de grande qualité et toujours authentiques.

Un grand merci et un grand bravo à vous.


Vincent Cramailère-Rouchi, directeur de développement départemental des Francas de Haute-Garonne
A l'Union Régionale des Francas d'Occitanie, Toulouse
Francas : Fédération nationale laïque de structures et d'activites educatives, sociales et culturelles

J'utilise le jeu adultes pour l'animation des équipes pour lancer des sujets de discussion et de réflexion. Je m'en sers également pour les formations que j'anime auprès des éducateurs comme brise-glace dans un premier temps puis, pour favoriser un temps de connaissance entre participants et pour lancer une dynamique de travail.

A ce jour, nous n'utilisons la version enfants/ados qu'avec les jeunes de l'IME, en accompagnement d'équipe, pour développer les compétences psycho-sociales et l'animation périscolaire. En 2024, nous envisageons d'utiliser le jeu sur des projets CLAE (Centre de loisirs associé à l'école).

J'apprécie cet outil car il est facile à utiliser, à mettre en place, compréhensible par tous et c'est pourquoi je l'utilise fréquemment. De plus, je privilégie dans ma pratique les outils qui ont une souplesse d'utilisation et qui présentent différentes possibilités de modularisation.

C'est un outil intéressant que je recommande.


Adelyne Denis, psychologue, coordinatrice du Centre ressource et d'appui du CRIAVS-DSAVS Pyrénées-Orientales Aude
Pascal Bergade infirmier, Centre Hospitalier Spécialisé de Thuir (66)
CRIAVS : Centres Ressources pour les Intervenants auprès des Auteurs de Violences Sexuelles
DSAVS : Dispositif de soins aux auteurs de violences sexuelles

En co-thérapie avec un infirmier, nous animons des dispositifs de soins en groupe autour du jeu Des Récits et des Vies© , utilisé comme outil de médiation, auprès d'hommes condamnés pour violences à caractère sexuel. Nous les accueillons, en milieu carcéral, dans des groupes ouverts de 6 personnes.

Cet outil, aménageur de la relation, est très bien accueilli par les patients et il est très agréable à utiliser pour les thérapeutes.

A ce jour, nous avons animé 4 séances et nous sommes satisfaits de ce jeu qui nous permet de diversifier nos outils de médiation.

Notre objectif est d'offrir aux personnes un média qui va faciliter la narrativité, leur apprendre à mieux se connaître et à supporter l'altérité.

C'est un bon support de projections qui aide les patients en convoquant leur subjectivité: l'ici et maintenant, les souvenirs, leur vécu, et et le devenir, la sortie de prison.

De façon globale, tous les champs de la vie et de la relation sont évoqués. Nous n'avons pas utilisé les cartes Parentalité mais les personnes en ont parlé spontanément. Ils reconnaissent également, par le biais des libellés des cartes, leurs défauts de contrôle, leur impulsivité et leurs fragilités liées à des parcours de vie vulnérables et potentiellement traumatiques.

C'est un outil très intéressant et nous projetons de l’utiliser en milieu ouvert l'an prochain ainsi que de faire découvrir dans nos missions d'appui, la version enfants-ados auprès des professionnels accompagnants des mineurs.


Céline Courty, psychologue clinicienne
CSAPA Arthur Rimbaud, Boulogne Billancourt (92)

Psychologue en CSAPA alcoologie, je travaille avec une population adulte souffrant d'un trouble de l'usage de l'alcool et de comorbidités associées.

J'utilise le jeu Des Récits et des Vies© en individuel, avec des patients qui ont des difficultés à élaborer.

Ce jeu m'a parfois permis d'aborder des thématiques mises volontairement de côté par le patient, ce qui a finalement pu les soulager d'un poids.


Julie Campergue, référente accueil de jour
La Pantarelle, à Rodez (12)

Le jeu est régulièrement utilisé par les bénévoles qui sont très présents sur l'accueil de jour. Il leur permet d'entrer en relation avec les accueillis et de faire connaissance. Ce support leur sert de médiateur et les bénévoles apprécient que les personnes prennent le temps d'échanger entre elles autour du jeu.

C'est un support très intéressant pour l'équipe et les accueillis.


Ophélie Saive, psychologue
Accueil de jour Jeanne Garnier, à Paris.

J’utilise l’outil Des Récits et des Vies© dans le cadre d’ateliers thérapeutiques comme support de médiation, avec une équipe pluridisciplinaire. L’atelier est intitulé : « Jeu et discussion ». Notre objectif est de développer une médiation d’expression en s’appuyant sur le jeu.

Les personnes que nous accueillons sont atteintes de maladies neuro-évolutives, de troubles cognitifs, à tous les stades.

Ces personnes âgées vivent encore à domicile et c’est pour elles un exutoire d’être ensemble car il y a peu d’espaces pour ces partages. Nos discussions abordent régulièrement la problématique du lien entre la vieillesse et la maladie et les pertes afférentes.

Chacun est libre de venir à ces rencontres à son gré, nous fonctionnons donc avec des groupes ouverts, ce qui induit une dynamique. La simplicité du jeu est un atout car il est accessible à tous, personne ne se sent écarté.

Les cartes Imaginaire ne sont pas faciles pour ce public mais cela donne des choses intéressantes et des bonnes surprises.

Le jeu permet de libérer la parole, de créer du lien entre ces personnes isolées et il se dégage, de cet effet de groupe, de l’empathie et de l’entraide. Cet outil nous permet de travailler autour de l’histoire de vie des personnes, d’apprendre à les connaître, ce qui permet à l’équipe de mieux appréhender chacun et pour mieux l’accompagner.

C’est un outil très intéressant que je recommande.


Bénédicte Tourrette, association Le Fil art et grand âge
Toulon (83)

Nous avons utilisé "Des Récits et des Vies" dans le cadre du projet intergénérationnel "Les Belles Rencontres", un projet qui invitait des lycéens, futurs professionnels de l'accompagnement, et des personnes âgées vivant en structure à mieux se connaître autour de propositions culturelles (visite au musée, spectacle, ateliers...)

La proposition "Des Récits et des Vies" a été faite au cours de la première rencontre. Il semblait important à tous les acteurs porteurs du projet (enseignants, animateurs d'ehpad, médiateurs culturels..) de prendre un temps d'interconnaissance et d'échange en dehors des lieux culturels.

Le jeu a permis aux jeunes et aux plus âgés d'entrer en contact, de produire des espaces de partage (de souvenirs, d'émotions...) à partir de questions plus ou moins légères, plus ou moins intimes. Il a été un outil déclenchant la discussion qui se développait parfois au-delà du jeu.

A l'issue de la séance, on pouvait dire que les jeunes et les moins jeunes s'étaient rencontrés et avaient hâte de se revoir et de se découvrir un peu plus.


Sarah Delmas, infirmière
SAMSAH La Planésié / SAVS Les Cyclades, Castres (81)

J’ai découvert le jeu « Des Récits et des Vies© » alors que j’étais étudiante infirmière, à l’IFSI. A l’issue d’une session jeu, j’ai ressenti moi-même un certain bien-être, sentiment partagé par mes collègues de promotion.

Aujourd’hui infirmière en santé mentale, j’utilise ce jeu auprès de personnes en situation de handicap psychique.

Je privilégie des petits groupes (3 ou 4 usagers) pour créer un environnement intimiste, propice aux confidences.

Selon les profils, je fais un tri de certaines cartes (celles concernant la parentalité si pas d’enfants, celles concernant le travail si incapacité, etc…).

Ensuite, j’établis 3 règles en amont pour mettre en confiance : pas de jugements ni de moqueries, on est bienveillants envers les autres et tout ce qu’on se dit est confidentiel.

Les personnes se prennent au jeu rapidement et s’ouvrent facilement, partagent leur souvenirs, leurs ressentis, se rassurent mutuellement, se valorisent les unes les autres. Le but de créer du lien et de libérer la parole est atteint ! Il est même difficile de conclure le jeu et d’interrompre la dynamique une fois qu’elle est lancée ! Les usagers expriment le fait que ça leur fait du bien et qu’ils souhaitent recommencer.

A partir de ce jeu, j’ai pu mettre en place un atelier créatif : pendant que les usagers s’expriment, je note les mots positifs importants pour eux (ex : soutien, famille, nature, paix, etc…). Ultérieurement, je les réunis à nouveau lors d’un atelier pour créer un cadre de pensées positives à partir de ces mots placés comme des mots croisés à ramener chez eux. C’est une activité apaisante et créative qui les valorise et leur fait plaisir.


Claire Cerna, responsable secteur accompagnements et deuils
Caritas Jura, Delémont, Suisse

J’utilise cet outil dans le cadre de formation sur le deuil pour adultes et adolescents.

Il est simple, facile à comprendre et accessible dans le questionnement.

La population adolescente ne s’est pas trouvée agressée ni bousculée dans sa réflexion face à la mort et à la fin de vie.

Le côté ludique permet une application autant avec un grand ou petit groupe.

A conseiller comme outil de formation mais aussi dans une application plus individuelle.


Claire Garrigues, psychologue
SSR Le Château, Cahuzac (81)

J’utilise ce jeu dans le cadre de mon activité professionnelle de psychologue avec un groupe homogène de plus de 60 ans, sans troubles cognitifs ou avec de légers troubles cognitifs pour échanger, créer du lien, rompre l’isolement. Cela permet aussi aux patients un travail de réminiscence (stimulation cognitive).

J’utilise ce jeu dans le cadre de mon activité professionnelle de psychologue avec un groupe homogène de plus de 60 ans, sans troubles cognitifs ou avec de légers troubles cognitifs pour échanger, créer du lien, rompre l’isolement. Cela permet aussi aux patients un travail de réminiscence (stimulation cognitive).

Ce jeu est très intéressant je suis heureuse qu’ils puissent en bénéficier.


Murielle Gebelin, professeur documentalise
Lycée professionnel Parc St Jean, Toulon (83)

Nous avons utilisé le jeu dans le cadre d’un projet avec les élèves de 1ère du bac pro ASSP (Accompagnement Soins et Services à la Personne).

Nous nous sommes rendus dans les établissements, EHPAD et foyers, afin de rencontrer les personnes âgées. Ce support a permis de libérer la parole et d’avoir des discussions intéressantes et une vraie communication. Le jeu étant sans enjeu, sans le couperet de la bonne ou de la mauvaise réponse, cela facilite la parole.

C’est un excellent support pour ce type de rencontres.

Le jeu a été très apprécié, aussi bien par les jeunes que par les personnes âgées.


Matthieu Chincholle
formateur en IFSI et IFAS, Castres (81)

Formateur en IFSI, j’ai rencontré pour la 1ère fois le jeu Des récits et des Vies© et sa créatrice Caroline CHAVELLI lors du salon Autonomic Sud à Toulouse en 2017 (dans le cadre d’une sortie avec des étudiants en soins infirmiers de 1ère année). J’ai tout de suite senti que ce jeu pouvait avoir un intérêt thérapeutique. En effet, je pense que le fait de pouvoir libérer la parole dans notre société (de plus en plus normative et égocentrée) est une chose essentielle. Retrouver de l’humain dans la relation et dans le soin. J’ai donc pris ses coordonnées dans l’idée de pouvoir la faire intervenir à l’IFSI où j’exerçais.

Ce fut chose faite l’année suivante, en juin 2018. Des sessions du jeu furent organisées avec une promotion d’étudiants en soins infirmiers de 1ère année dans le cadre de l’UE (Unité d’enseignement) « santé, maladie, handicap et accident de la vie ». Les sessions se déroulaient sur 1h30 avec 8 étudiants. Le retour fut très positif et interpellant. Les étudiants apprécièrent beaucoup ces temps d’échanges où ils pouvaient aborder des sujets plus personnels (rapport à la mort, à la souffrance), voire intimes, dans un cadre sécurisé et bienveillant (sans formateur présent). Les thématiques abordées nous (formateurs) ont fait prendre conscience de certains manques dans la formation et nous ont amené à revoir certains contenus.

Au regard de ce succès, nous avions dans l’idée, Caroline et moi, de poursuivre l’expérience et de l’élargir sur les 3 ans de formation. Le contexte et différents facteurs internes ne l’ont pas permis pleinement. Nous réussîmes, tout de même, à mettre en place la présentation/expérimentation du jeu dans deux autres UE : "Soins relationnels" en tant qu'outil au service de la relation et « Pharmacologie et thérapeutique » en 3ème année. L’idée était de présenter le jeu comme outil thérapeutique non médicamenteux et de le faire expérimenter par les étudiants. Nous avons débuté ces sessions en janvier 2021. Là encore, les étudiants apprécièrent énormément la séquence. A partir d’un questionnaire élaboré avec Caroline, nous interrogèrent les étudiants sur leur vécu. Notamment sur…

’intérêt de l’intervention d’un point de vue professionnel, il en ressortit :

- Découvrir un outil innovant favorisant la communication

- Alternative non médicamenteuse

- Travailler la mise en confiance du patient

- Permettre l’expression des émotions

L’intérêt de l’intervention d’un point de vue personnel :

- Permettre d’exprimer « des choses », « se dévoiler » sur soi, « mettre des mots sur mes émotions » sans jugement

- « Temps d’échange, bénéfique, apaisant, de détente »

- « Moment de lâcher prise »

- « Me remettre en question »

- Temps d’échange pour mieux se connaitre

- « s’ouvrir aux autres »

- « découverte les un(e)s des autres »

- « permet une cohésion de groupe », « plus soudé »

- « voir qu’on est pas tout seul »

La grande majorité des étudiants souhaitaient réitérer cette expérience et notamment pour :

- « pouvoir s’exprimer »

- « se mettre dans la place de l’animateur »

- « Parenthèse dans les cours »

- « enlever certains préjugés »

- « prendre du temps pour soi »

Nous leur avons demandé l’intérêt de proposer cette intervention dans les IFSI, leurs réponses furent riche d’enseignements :

- « A toutes les années »

- En début de formation et chaque année, pour apprendre à mieux se connaitre, créer du lien

- Après les stages pour faciliter la verbalisation des émotions

- En lien avec les soins relationnels sur les 3 ans, « mettre en pratique les concepts », « apprendre à se connaitre »,

- En lien avec la démarche éducative (atelier)

- Permettre aux ESI de découvrir un outil, faire connaitre le jeu et de l’expérimenter sur le terrain

Les étudiants apprécièrent énormément les qualités relationnelles de Caroline, son écoute et sa bienveillance.

Nous décidâmes donc de réitérer la séquence l’année suivante et l’année suivante…avec autant de succès.

Lors de la rentrée en septembre 2022, avec mes collègues, nous avons décidé d’organiser une journée d’intégration avec les étudiants de 1ère année. Nous avons, tout naturellement, pensé à ce jeu pour « briser la glace » et faciliter la rencontre, la découverte de « l’autre ». Là encore, dans sa grande majorité, les étudiants apprécièrent ce moment de partage (malgré le nombre important d’étudiants par groupe, entre 12/13, une limite à prendre en compte). Je reprendrai un commentaire d’une étudiante pour synthétiser l’expérience « l’art de se dévoiler sans être intrusif ».

Pour conclure, je dirai que le jeu Des récits et des vies© est un très bon outil pour faciliter la communication. Pour l’utiliser correctement dans un cadre professionnel, il nécessite, à mon avis, une expérience dans la gestion de groupe et des compétences spécifiques (empathie, gestion des émotions, notion en éthique, …). Je le recommanderai dans le cadre de la formation des futurs soignants, éducateurs, animateurs, travailleurs sociaux,… pour permettre aux enfants, aux adultes, aux personnes âgées d’oser prendre la parole, d’exprimer leurs émotions, leurs ressentis, « de se dévoiler sans être intrusif » et en toute confiance.


Amandine Veny, psychologue
SPAD Bien Chez Soi, Tournai, Belgique

Avec mon équipe, nous utilisons le jeu en maison de repos avec des personnes âgées lors de notre atelier réminiscence. A travers cet outil, l'objectif est de permettre aux participants de partager ensemble des anecdotes, de se remémorer des moments qui ont marqué la petite et/ou grande histoire.

Les retours que nous avons du jeu sont positifs, celui-ci permet aux participants d'avoir un support pour les aider à discuter/partager.


Marie-Liesse KIMMEL, enseignante OEPRE
« Ouvrir l'École aux parents pour la réussite des enfants » dispositif de la CASNAV
Centre académique pour la scolarisation des enfants allophones nouvellement arrivés et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs, à l'école Bisséous de Castres (81)

Nous avons des séances de 2 h hebdomadaires avec les parents. Nous utilisons le jeu Des Récits et des Vies© environ 2 fois par mois et chaque rencontre dure 30-45 minutes. En général, il y a 5 à 8 personnes.

Nous utilisons les questions enfants qui conviennent aussi pour les adultes.

Points positifs du jeu :

- Favorise la parole

- Développe la lecture, en lisant les libellés

- Aide à imaginer, et notamment des choses qui ne sont pas réelles, ce qui dans certaines cultures n'est pas facile.

- Facilite l'expression de soi grâce à sa forme ludique. Parfois, ce n'est pas simple en raison de barrières culturelle, linguistique ou sociale et certaines personnes étant voisines et il n'est pas toujours facile de dévoiler sa vie privée ou ses souvenirs.

Malgré tous ces écueils potentiels, les rencontres avec le jeu se déroulent très bien et les parents progressent dans leur apprentissage du français, leur découverte de la façon de vivre en France et ceci facilite leur insertion sociale et/ou professionnelle.


Johanna Bonaccorso, étudiante en Master 1 Parcours Psychologique du développement à Paris 8
vient de publier un mémoire intitulé
"Les effets du jeu de thérapie narrative Des Récits et des Vies© sur les troubles anxieux et dépressifs chez les personnes âgées en Ehpad"

"Cette étude s'est particulièrement intéressée au lien entre la mise en place d'ateliers en groupe basés sur la thérapie narrative et la réduction des symptômes anxieux et dépressifs chez les personnes âgées de 80 à 95 ans institutionnalisés en EHPAD. Les résultats affirment que la participation au jeu Des Récits et des Vies© a une influence positive sur la dépression, l'anxiété trait et l'anxiété état. (...)

J'ai pris plaisir à utiliser le jeu dans ma recherche et j'ai été heureuse du retour positif de chaque résident.

Au sein de l'EHPAD les animations sont les mêmes depuis des années, la mise en place de mes ateliers a donc enchanté les résidents et le personnel soignant.

Les résidents étaient ravis, enthousiastes à chaque séance : le côté ludique du jeu, le groupe bien sûr et surtout la parole et les échanges. Tous m'ont indiqué que c'était un plaisir de parler et d'échanger. Par le biais des questions, des souvenirs ont émergé, des rires, ainsi que des ressemblances entre patients qui ont par la suite créé des affinités.

J'ai été touchée de voir une patiente dans une forte dépression, dans des ruminations quotidiennes, très peu expressive, voir même éteinte se métamorphoser dès la première séance. Du fait de nos entretiens individuels et la relation de confiance que nous avions créée, elle a accepté de participer mais avec de grandes réserves au point que j'appréhendais son adaptation. Or le jeu lui a permis de s'exprimer, nous avons été surpris, elle la première.

La découverte de ce jeu a ravi les résidents autant que le personnel."


Djamila Djaouti, éducatrice spécialisée
MECS* Sainte-Marie, Castres (81)
*Maison d'Enfants à Caractère Social

Concernant le jeu, « Des Récits et des Vies », c’est un outil que nous utilisons régulièrement, depuis 5 ans, au sein de notre service AMD, Accompagnement au Maintien à Domicile.

En effet, par ce biais, nous constatons que cela permet de parler de ce que chacun des membres de la famille vit, cela ouvre le dialogue vers des questions que les enfants et les parents se posent sans oser les verbaliser directement entre eux.

Depuis que nous l’utilisons, nous n’avons rencontré qu’une seule famille qui n’était pas vraiment ouverte pour jouer le jeu.

En revanche, pour les autres suivis, cet outil a été un tremplin pour ouvrir d’autres champs d’actions et lever les a priori que chacun vit de son côté (la famille entre elle, la famille vis-à-vis de la mesure d’assistance éducative et vis-à-vis du service).

Avant de leur proposer l’activité jeu, nous leur expliquons les objectifs, à savoir : permettre à chacun de mieux se connaître au sein de la famille, permettre aux enfants de découvrir que leurs parents ont une vie d’enfant et d’ados, et aux parents de découvrir leurs enfants différemment. Ils sont libres d’accepter de jouer ou non, la plupart du temps, ils acceptent.

Enfin, dans la pratique, chacun d’entre-nous (l’équipe) a sa manière de procéder. Pour ma part, jouer avec eux et répondre à mon tour aux questions permet aussi de donner un peu de soi- même et permet à la famille de mieux vivre ce moment comme un moment de détente sans se sentir observés dans leurs réponses.

D’autres de mes collègues ne jouent pas avec eux, ça ne reste pas moins intéressant et pertinent.

Parfois, l’éducateur s’efface et la famille joue de manière naturelle.

Bravo et merci pour ce jeu !


Anne Razafinanja, psychologue, CIDFF*, Rodez (12)
*Centre d'information sur les doits des femmes et des familles

Les ateliers parentalité ont été proposés et animés par le CIDFF de l’Aveyron auprès de plusieurs groupes de femmes entre 4 et 9 participantes qui ont échangé sur la parentalité grâce au jeu Des Récits et des Vies©. Les échanges ont duré entre une heure et demi et deux heures.

Les questions du jeu ont permis de libérer la parole sur les attentes concernant sa vie de famille, d’échanger sur les relations entre les membres d’une famille malgré (ou grâce à) des différences entre les âges des participantes et de leur-s enfant-s (certains autour de 3-4 ans, d’autres adolescent-te-s, certains enfants uniques, d’autres en fratries, en famille recomposée).

Les thématiques sur la parentalité ont permis de créer du lien entre les participantes, de réfléchir à des solutions éducatives, de se soutenir (notamment pour les mères isolées) dans la vie quotidienne et le rôle parental.

Une remarque lors d’un atelier : « Ne pas chercher la perfection mais être un parent suffisamment bon, pour que notre enfant se sente suffisamment en sécurité et en confiance pour être lui-même et devenir autonome ».

Certains échanges ont porté sur les difficultés de l’attitude parentale en cas de séparation conflictuelle ou violente, l’exposition des enfants à ces violences…

Les participantes et moi-même, animatrice des ateliers, remercions Caroline CHAVELLI et recommandons ce jeu Des Récits et des Vies© tant comme support d’échange au sein de la famille que dans un cadre professionnel.


Maria Lafourcade, infirmière en SSR, biographe
Hôpital de Barbezieux (16)

J’utilise l’outil Des Récits et des Vies© depuis 2 ans dans mon service SSR. Je m’en sers avec des patients atteints de troubles cognitifs sévères associés à des troubles du comportement.

Je ne joue pas avec les patients, je garde ma place de professionnelle qui anime un outil.

Les couleurs du plateau sont réjouissantes pour les patients et les invitent à participer.

J’utilise le jeu en entretien sur des durées de 30 mn environ.

J’espère pouvoir l’utiliser en groupe prochainement car les quelques fois où nous avons réuni plusieurs patients, nous avons pu constater que ce média crée du lien.

Ce jeu produit des résultats extraordinaires pour lever les anxiétés. Les personnes, en racontant leurs récits de vie, s’apaisent. Chaque séance est différente. Je m’adapte à chaque cas. Chaque patient a sa propre histoire qu’il accepte de livrer grâce à un média qui a la forme d’un jeu. Or chacune de ces rencontres n’est pas un jeu mais un soin thérapeutique.

Ce qui nous intéresse particulièrement est que cet outil permet de placer la personne au centre du soin. Ce jeu leur redonne les clefs de leur propre histoire. Il leur donne aussi le droit d’exister alors qu’ils s’oublient dans la maladie et leurs troubles.

C’est également une initiative importante vis-à-vis des familles. La plupart ne savent pas comment aborder leurs proches et/ou pensent qu’il n’y a plus de communication possible. Leur montrer qu’on peut parler avec ces patients, qu’ils ont des choses à dire, qu’ils sont capables de s’exprimer, et transmettre les récits recueillis les bouleverse. Ils découvrent une autre réalité de leurs proches.

Les résultats sont tels dans le service que j’espère obtenir une journée dédiée aux récits de vie et utiliser cet outil avec le plus grand nombre de patients possible. Je voudrais aussi que les aides-soignantes puissent s’emparer du jeu.

Bravo pour cet outil !


Virginie Chateaureynaud, enseignante Bac Pro ASSP
Lycée Ste-Cécile à Albi (81)

Utilisé en bac pro ASSP, ce jeu permet aux élèves de parler d'eux et de partager avec les autres certains points de vue.

Hormis l'entraînement à l'oral, c'est un temps rare dans leur vie de jeunes, qui permet à chacun d'exprimer des émotions, des rêves, des expériences et d'apprendre à écouter les autres sans jugement, tout en étant accompagné de l'adulte, garant de la sécurité de la parole.

Les élèves attendent avec impatience ce temps de jeu, qu'ils réclament souvent !

J'utilise cet outil dans le cadre de l'accompagnement personnalisé et de l'animation. En effet, les élèves seront amenés, dans leur vie professionnelle, à animer des ateliers avec différents publics, avec les personnes âgées en Ehpad, avec les enfants dans les centres sociaux, etc, et le jeu Des Récits et des Vies© est un très bon support pour proposer ce type d'activités.


Teresa Gavinha Braga, psychologue
SPIP* de l'Aisne (02)

Nous utilisons l'outil Des Récits et des Vies© dans le cadre de nos prises en charge collectives (qui visent à prévenir la récidive criminelle parmi des personnes placées sur main de justice) avec l'objectif de favoriser la cohésion de groupe et libérer la parole des participants.

Le retour des animateurs est très positif.

Verbatim des professionnels :

« les participants sont en demande de refaire l'outil »

« nous avons des réponses pas attendues, très personnelles »

« les participants aiment bien »


Julie Chardin, Psychologue
Hôpital de jour Fardeloup, La Ciotat (13)

Nous utilisons cet outil au sein de l'HDJ depuis plusieurs années maintenant et il nous est apparu adaptable à différents cadres thérapeutiques.

Nous l'avons d'abord utilisé pour le groupe de paroles qui se tient une fois par semaine avec des patients réguliers. Chaque participant fait tourner la flèche et répond au thème de la carte correspondant à la couleur sélectionnée. Les autres participants peuvent ensuite lui poser des questions ou faire des commentaires. Les bénéfices de ce jeu ont été multiples : il a permis aux patients d'améliorer leurs capacités de communication, aussi bien pour les "timides" que pour les "bavards" : au fil des séances, nous les avons vus prendre davantage la parole et de manière plus adaptée. L'estime qu'ils ont d'eux-mêmes en a été renforcée. Il a également permis de travailler l'expression des émotions et l'acceptation des avis divergents, souvent très difficiles pour nos patients psychotiques.

Nos patients, qui souffrent de troubles psychiatriques, ont été séduits par le côté "ludique" de l'outil qui permet d'atténuer le cadre thérapeutique, parfois rigide, du groupe de paroles. Cela les a amenés à proposer régulièrement l'utilisation de ce jeu dans les situations plus informelles du matin où les activités sont décidées par l'équipe soignante en concertation avec eux lors des réunions communautaires. Ces temps d'activités spécifiques ont été l'occasion pour eux de renforcer leurs liens, d'échanger sur leur vécu de la maladie psychiatrique et d'améliorer leur écoute de l'autre.


Marie Montagnon, art-thérapeute et Vincent Dor, éducateur
Albatros 08, Montcornet (08)

Nous travaillons dans un foyer occupationnel qui accueille des adultes handicapés.

Nous utilisons le jeu dans sa version enfants-ados avec un groupe de 6 participants.

Le groupe se rencontre une fois tous les 15 jours pour une séance d’1 heure environ.

Nous cherchions un outil qui permette à ces résidents d’avoir un temps pour s’exprimer car ceux-ci ont un grand besoin d’échanges.

L’objectif était qu’ils puissent parler d’eux-mêmes, être écoutés et être reconnus.

La médiation par le jeu et la multitude des cartes proposée par cet outil « Des Récits et des Vies » permettent d’aborder un grand nombre de sujets qu’il aurait été plus difficile d’évoquer spontanément.

Nous découvrons ainsi la richesse de chacun et les participants s’étonnent eux-mêmes d’être capables de s’exprimer sur une grande variété de sujets. Ils en sont fiers !

Au début, ils ont dû apprivoiser l’outil et notamment les cartes, les libellés étant parfois compliqués. Mais cela permet d’en discuter avec eux et ainsi d’élaborer des définitions plus adaptées à leurs difficultés.

Les résidents sont très demandeurs de ce jeu !

Ce support est très efficace car il permet à des personnes telles que nos résidents de s’y adapter grâce à sa souplesse d’utilisation. Nous espérons ainsi agrandir le nombre de personnes susceptibles de pouvoir participer.

Animer le jeu en binôme est dynamique et enrichissant pour tous.


Mariano Rodriguez, psychologue au CH de Perpignan (66)
dans le service d'addictologie
et psychologue au Refuge de Perpignan
fondation nationale de lutte contre la trans-homophobie

J'utilise depuis un an l'outil Des Récits et des Vies© avec mes patients confrontés à une addiction et auprès de jeunes adultes victimes « d'exclusion » à cause de leur orientation sexuelle.

Je m'en sers comme un médiateur pour animer des groupes de paroles et également je peux l'utiliser pour des entretiens individuels.

Ce média est un support qui peut permettre à la parole de se « libérer ».

Certains patients confrontés à une dépendance à l'alcool ont parfois beaucoup de mal à parler et encore plus à parler d'eux-mêmes. A travers ce support sous forme de « jeu », ils s'autorisent parfois à dire des choses et à se connecter avec des souvenirs et des émotions.

De la même façon, auprès des jeunes accompagnés au Refuge, le jeu peut servir à débloquer la parole et à créer du lien entre les personnes en créant une dynamique dans le groupe. Le vécu des uns faisant écho chez l'autre.

C'est un outil qui peut aider à « débloquer » certains « affects ». Par exemple au fur et à mesure des rencontres, certains de mes patients réussissent à exprimer àtravers le « jeu » une culpabilité ou une honte. Il est alors possible de travailler sur ces « affects » qui peuvent être parfois un facteur de maintient de leur addiction.

C'est également un outil intéressant pour certains patients très défensifs, dans la mesure où à travers certains thèmes abordés à travers le jeu (comme des souvenirs d'enfance, odeurs ...) il peut permettre à la personne de se re-connecter à certaines émotions.

Mes Patients ont au début été intrigués par l'outil que je leur proposais mais, grâce à sa forme ludique, ils se sont pris au « jeu » et s'expriment de plus en plus.

Cet outil peut permettre avec le temps et la succession des rencontres de renforcer l'alliance thérapeutique entre le patient et le thérapeute.Il peut ouvrir sur de nombreuses possibilités thérapeutiques si l'on fait preuve d'un peu de créativité.

A ce jour, je n'utilise ce support qu'avec mes patients mais j'envisage sans doute de l'utiliser en thérapie systémique.


Sarah Marty, assistante sociale
Clinique des Pyrénées, SSR gériatrie, Colomiers (31)

L'outil Des Récits et des Vies© est utilisé comme outil de communication sur deux ateliers proposés à nos patients en hôpital de jour. Ils s'adressent à des personnes âgées de 70 à 95 ans, souffrant souvent d'isolement.

Un des ateliers (une fois toutes les 12 semaines) s'inscrit sur la semaine thématique "Et si vous parliez de vous" où l'objectif principal est de permettre à l'ensemble des participants de mieux se connaître. Il réunit 8 personnes maximum et se déroule sur 1h30.

Compétences prioritaires mobilisées :

- Savoir raconter son histoire, son vécu

- S'écouter avec bienveillance

- Se valoriser

- Travailler la mémoire

Objectifs :

- Trouver sa place dans un groupe

- Faciliter le lien social

- Prendre confiance en prenant la parole devant un groupe


L' autre atelier s'inscrit sur la semaine "Emotions" pour identifier ses émotions et être en capacité d'en parler. Il réunit 8 personnes maximum et se déroule sur 45 mn - 1h.

Objectifs :

- Savoir reconnaître et différencier ses émotions et celles des autres.

- Etre encouragé et incité à exprimer leurs émotions (les nuancer)

- Exprimer leurs besoins pour que les autres les comprennent

- A travers le jeu, stimuler leur parole et le discours libre, et faciliter les échanges entre participants


Le retour des patients sur ces 2 ateliers est très positif. Les patients apprécient ces temps d'échanges.


Léa Grandet, Aide médico-psychologique
et Sébastien Gouzay, Moniteur-éducateur
foyer d'hébergement Jean Calastreng, Lavaur (81)

Nous tenons à vous faire un retour sur votre jeu.

Le bilan est très positif !

D'une part, il a touché un maximum de personnes accompagnées (en moyenne 5 par séance) ; les échanges ont été très riches et les analyses pertinentes ! La version adulte correspond pleinement aux attentes et aux compétences des personnes accueillies par le foyer d'hébergement. Le « bouche à oreille » est notre meilleure publicité.

Votre outil a été le moyen de libérer la parole de chacun, là où le quotidien ne le permet que peu ou pas suffisamment...

Dans l'écriture de notre projet, nous avions décidé d'une rencontre tous les deux mois, mais devant l'engouement et le désir des personnes, nous l'avons raccourci à 1 fois par mois.

Il est à noter qu'un des résidents du foyer utilise déjà votre jeu au sein de l'hôpital de jour (Le Ramel).

Nous avons pris le parti de jouer au même titre que les personnes accueillies...cela est une très bonne expérience et permet à chacun d'être davantage sur un pied d'égalité (rapport éduc/résident).


Emmanuelle Mailhé, Infirmière ASALEE
réseau Centre Tarn ASALEE : Action de Santé Libérale En Equipe

L'outil Des Récits et des Vies© un jeu addictif pour des patients mais aussi pour des soignants ... tellement aidant pour faire verbaliser et accompagner un ou plusieurs patients sans stigmatiser, ni focaliser sur la pathologie chronique !

A découvrir absolument !!!


Equipe du SAEP, Service d'Accompagnement Educatif de Proximité
Maison Départementale Enfance et Famille, Thiez (74)

Nous accompagnons les enfants et leurs parents dans le cadre de mesures d'Accueil de jour judiciaires et administratives.

Nous utilisons le jeu Des Récits et des Vies© dans le cadre de temps individuels avec les enfants, sur des temps de groupes d'enfants, et sur des temps "familles" avec les enfants et leurs parents.

Ce jeu est un support à l'échange qui nous permet d'aborder différents sujets et d'entendre les points de vue et ressentis de chacun.

Les questions jaunes autour de l'imaginaire nous mettent parfois en difficulté pour les compléter même si ça permet de mesurer la capacité de projection des familles ou l'imaginaire d'un enfant. Les questions des autres couleurs ont un réel intérêt dans le travail éducatif que nous faisons auprès des enfants et leurs familles. Il suffit parfois de quelques cartes pour dénouer une situation.

C'est un jeu apprécié par l'équipe qui l'utilise régulièrement.


Sylvie Arcambal, infirmière Asalée* Tarn Sud, Mazamet (81)
* Action de Santé Libérale En Equipe

Nous avons utilisé ce jeu dans le cadre du "Mois sans tabac " auprès d'un public jeune, en grande précarité sociale et/ou psychique, dans le cadre d'un accompagnement avec leurs éducateurs.

La parole a été libérée et tout le monde a été à l'aise. Chacun a pu s'exprimer sur des moments de vie, difficiles ou heureux.

La parole de chacun a été respectée, sans jugement ni surenchère.

Les éducateurs ont été agréablement surpris par la cohésion de groupe que ce jeu a suscité.

Très belle expérience à reconduire. Le seul bémol pourrait être le temps que prend cette libération de paroles que nous n'avions pas prévu aussi long et du temps nous a manqué pour le reste de notre intervention.

Nous avons du nous adapter mais sans regret car ce moment d'échanges a été riche d'enseignements pour les éducateurs et la suite de nos interventions.


Nina Nieto-Roulaud, Psychologue
Ehpad Korian La Lilardière, à Meung sur Loire (45)

Nous avons utilisé les jeux Des Récits et des Vies© dans le cadre d’un projet entre l’Ehpad et l’école Montessori Le Renard et la Rose, à Orléans.

Les 2 structures ont été très satisfaites de ce média qui a permis de faire se rencontrer les enfants et les personnes âgées.

Au départ, en raison de la crise sanitaire, nous avons joué en visio car nous avions du bon matériel qui permettait de bien se voir. Puis, l’évolution de la situation nous a permis de nous rencontrer de visu et ce furent de belles rencontres après ces échanges à distance. Nous avons joué ensemble à différentes reprises. Les jeux ont permis aux enfants et aux résidents de se découvrir, d’apprendre à se connaître et de créer des liens.

Cette utilisation des jeux s'inscrit dans le cadre d'un projet à long terme avec différentes activités entre les deux établissements. Le recours aux jeux Des Récits et des Vies© pour amorcer ce projet a servi à concrétiser des rencontres intergénérationnelles et des liens qui ont permis de mener à bien les autres activités.

Lilardière

Francesca Ferraro, coordonnatrice Convivage
Association de soutien aux aidants familiaux, Mazamet (81)

Nous avons utilisé le jeu dans le cadre de notre séjour de répit, le premier soir.

Il y a d'abord eu une présentation du groupe et de quelques jeux pour se décontracter et être plus dans l'écoute. J'ai sélectionné les questions sur les récits de vie et valeurs, car toutes les cartes ne correspondaient pas ou bien cela pouvait mettre mal à l aise. J'ai ensuite posé les questions. Répondait qui souhaitait sans aucune pression. Au début, les personnes étaient un peu réticentes et répondaient comme le voisin. Puis, petit à petit, chacun a pris la parole et a pu s exprimer sur ce qu'il ressentait. Ils ont pu évoquer leur culpabilité, leurs moteurs, leurs satisfactions, leurs joies et leurs peines.

Le jeu est un facilitateur dans la communication dans le sens où on pose les questions en fonction du groupe sans les heurter. Il est ludique et on peut jongler entre du profond et de l'imaginaire ce qui peut adoucir la discussion et l'ambiance.

En fin de soirée, le verdict a été positif et les aidants ont apprécié. Il aurait été bon de refaire une partie en fin de séjour mais le temps nous a manqué.


Mégane Jardin, psychologue, EPSM de Caen (14)

Nous utilisons le jeu Des Récits et des Vies© à l'EPSM de Caen, Etablissement Public de Santé Mentale, depuis le mois d'octobre 2020.

Nous intervenons au SMPR, Service Médico-Psychologique Régional, qui est un service de psychiatrie en détention. Nous utilisons le jeu Des Récits et des Vies à l'hôpital de jour du SMPR. Les patients proviennent de la Maison d'Arrêt et du Centre Pénitentiaire. Ils y reçoivent des soins et participent à des activités.

Des professionnels du service (psychiatres, infirmiers et psychologues) ont créé un groupe de travail et de réflexion sur la réhabilitation sociale à l'intention des détenus. Nous cherchions des outils et des jeux qui puissent leur permettre de réaliser un travail cognitif et social. Le jeu Des Récits et des Vies© est une des ressources de ce dispositif.

Nous jouons une fois par mois durant 1h avec des groupes, qui varient en fonction des admissions à l'hôpital de jour, suivi d'un débrief. Les patients sont très satisfaits, expriment leur envie de rejouer et s'imaginent jouer avec leurs proches !

En raison des contraintes sanitaires, nous accueillons 4 patients par groupe mais ils seront 6 personnes dès que possible. En tant que psychologue, j'anime ces rencontres et 2 infirmiers/infirmières participent au groupe et répondent aux libellés des cartes avec les patients.

Les personnes que nous recevons sont atteintes de troubles psychiatriques variés. La verbalisation, par les cartes du jeu, permet une élaboration, de nombreux échanges entre eux et avec nous et ils apprécient de réussir à retrouver des souvenirs qu'ils croyaient oubliés, à évoquer leur passé, leur famille, etc.

La simplicité de compréhension du jeu et sa prise en main les rassurent, leur donnent confiance en eux et les amènent à parler dès la 1ère carte piochée ou à attendre le premier tour avant de revenir vers eux. Les cartes Imaginaire ne sont pas toujours faciles pour ce public mais sans s'y attarder non plus, nous les encourageons pour qu'ils parviennent à s'exprimer sur ce sujet.

Nous envisageons de perdurer ces rencontres qui peuvent s'effectuer auprès d'une population large et qui ne nécessite pas de sélection préalable des cartes.


Sabine Alos, ergothérapeute
Ehpad du Vaurais, CH Lavaur (81)

Le jeu est utilisé par la psychologue, les ASG en PASA et par moi-même, en entretien ou en groupe. Le jeu nous a été fourni par le CLIC du Conseil départemental. En tant qu'ergothérapeute, j'aurais souhaité que les cartes soient plus grandes afin de favoriser l'autonomie de lecture des personnes âgées.

Les libellés, évocations ou questions, sont très intéressants, très porteurs, ce sont de soutiens à la parole. Ils déclenchent des réponses riches et variées et de nombreuses discussions entre les personnes. Nous avons d'ailleurs remarqué que des personnes qui ne souhaitaient pas jouer, se sont prises au jeu en écoutant les autres et ont pris la parole pour participer.

C'est un bon support de verbalisation et de rencontres.


Julie, Infirmière
Hôpital de jour psychiatrique Adultes et Séniors à la Clinique du Roussillon (66)

J'utilise le jeu Des Récits et des Vies© depuis 2 ans, une fois par semaine, sur des cycles de environ 8 à 10 séances + 1 séance bilan individuel.

Au début des cycles je reste en surface et laisse les patients s'exprimer comme ils le souhaitent, cela me permet d'apprendre à les connaître et observer leurs réactions à certains sujets. Par la suite j'analyse avec eux leurs réponses et parfois je les pousse à aller plus loin dans leur réflexion. Un lien de confiance se crée dans le groupe entre les patients et l'intervenant.

Les objectifs mis en avant avec l'utilisation du jeu sont :

- Echanges d'expériences

- Prendre conscience de son point de vue, de son vécu et l'exprimer dans un groupe

- Contenir, canaliser les appréhensions, hésitations ou angoisses...

- Travail d'élaboration.

J'ai pu utiliser ce média sur différents publics : Anxio-dépressifs, psychotiques, addictions ou sénior sans troubles cognitifs graves. Le tout est de pouvoir adapter l'utilisation du jeu selon les profils.

Le bilan effectué à la fin du cycle remonte toujours des témoignages positifs des patients qui ont pu libérer leur parole plus facilement ou alors ont soulevé des problèmes plus profond qui seront travaillés par la suite grâce à divers outils (hypnose... , etc etc...)

Merci à vous pour ce support qui peut beaucoup aider nos patients.


Rozenn Tanguy
Chargée de l'animation prévention au sein de l'association ADIJ 22 - St Brieuc (22)

J'utilise le jeu dans le cadre de module sur des séances d'estime de soi (3 séances de 2h) sur un public de 11 à 30 ans, dans toutes structures éducatives et sociales où il y a des jeunes.

C'est un jeu simple et efficace.

Je l'utile en groupe, il est accessible à tout le monde, jeunes et moins jeunes, avec les 2 versions.

Des Récits et de Vies permet de donner la parole à qui le souhaite, dans une ambiance bienveillante amenée par le jeu. C'est un temps pour soi, une réflexion sur soi-même et les autres. Il aide à mieux comprendre et à s'exprimer sur ses idées, sans jugement. Là ou certaines personnes n'oseraient pas s'exprimer, il donne la possibilité de le faire et lance un élan à une dynamique de groupe. Chacun-e qui le souhaite se dévoile et peut découvrir que les autres personnes du groupe ont la même vision des choses ou un parcours similaire. Cela permet de faire connaissance et de créer du lien.

Le jeu ouvre au possible, à l'échange et joue également sur les émotions, ce qui est bénéfique car les participants peuvent les exprimer.

Quand je reviens pour une autre séance avec le même groupe, ils me demandent toujours si je suis venue avec le jeu Des Récits et des Vies car ils veulent y rejouer ! C'est un jeu qui est top !

J'ai essayé de nombreux jeux pour susciter l'intérêt des personnes que je rencontre et celui-ci fait partie de ceux que j'utilise beaucoup. Merci de créer des jeux qui permetent à tout le monde de pouvoir s'exprimer.



Interventions de Caroline Chavelli à l'IFSI de Castres

Auprès des étudiants de 3e année, dans le cadre des Unités "Pharmacologie et thérapeutiques" et "Soins relationnels" pour aborder, avec les jeux Des Récits et des Vies©, les relations soignants-soignés et les INM, interventions non médicamenteuses.

Les jeux ont reçu une très forte adhésion des étudiants, tant sur le plan personnel pour libérer leur parole dans le contexte covid qui les a éprouvés durant leurs stages et qui perturbe leur scolarité, que sur le plan professionnel, avec des mises en situation, pour analyser les relations soignants-soignés.

Résultats du questionnaire d'appréciation adressé aux étudiants suite aux interventions de Caroline Chavelli

arrow_forwardTémoignages suivants